La mode au chevet du monde

… si la Mode est parfois comparée a une activité artistique, du moins certains de ses protagonistes, parmi lesquels, on peut citer Elsa Schiaparelli et ses amis surréalistes, Hussein Chalayan… Puis il y a les « in between », Rei Kawakubo en tête, Miuccia Prada ou Raf Simons (ce dernier passant de collaboration avec Sterling Ruby à la marque Calvin Klein), à cheval entre consumérisme censé et implication.

… et si l’Art a pour vocation de changer le monde.

… alors l’activité des créateurs de Mode, tout comme celle de certains artistes engagés de l’art contemporain (Marina Abramovic, Santiago Sierra…) pourrait-elle avoir pour vocation de participer au changement du monde?

Il y a l’attrait, parfois hystérique, pour les produits de Mode et tendance. Puis le poids économique du secteur, qui depuis l’invention du luxe à la française au XVIIIe siècle en à fait la première industrie de France, rayonnant à travers le monde.

Indéniablement les situations politiques (traitement des Ouïghours…), sociales (inclusivité, BLM…), économiques (délocalisation…), sur la durabilité et sur l’écologie… se confrontent à cette industrie.

Au-delà du woke washing et du tee-shirt à slogan à 700 euros, les créateurs de mode doivent-ils aussi se montrer responsables et être les acteurs de l’état du monde?

Entre une vanité idéologique visant à changer le monde aussi par la mise (la veste chinoise) et se faire l’écho de l’état du monde, il existe une voie étroite que se doit de tracer le créateur de mode. Celui-ci manie le prisme qui entraîne notre regard, le questionne et nous permet de changer notre vision du monde.

BURNOUT: TOO FAST TO LIVE #trends

Burnout is one of the trendiest subject of the moment.

As you must be aware of the last book to speed read, the last luxury fashion collab to fast wear or the last Netflix show to binge this weekend, you must be burnout.

Everything seems to be trendy nowadays, from political ideologies, to german low-prices supermarkets, to sexual identities and even diseases.

Byung-Chul Han a Berlin-based philosopher explains that burnout (a former military syndrome) is depression and exhaustion, “the sickness of a society that suffers from excessive positivity,” an “achievement society,” a yes-we-can world in which nothing is impossible, a world that requires people to strive to the point of self-destruction. “It reflects a humanity waging war on itself.”

Feeling exhausted or overwhelmed, is a new state of being. Listen around you, not a days goes by without hearing or using this word (your coworkers, friends, neighborhood shopkeeper, kids…).

If you are not bordering and not sharing it on your Instagram account it’s like to be out of the game. Accentuated by the pandemic it’s a trending topic on Google.

Rightly or wrongly perhaps it’s time to slow down a little bit.
When your tea is too hot you drink it slowly to appreciate it.

Can’t wait to see burnout fashion, burnout art, burnout litterature, burnout movies…

PEOPLE LIVES MATTER ISN’T’IT?

People are people, so why should it be
You and I should get along so awfully?
People are people, so why should it be
You and I should get along so awfully?

So we’re different colours and we’re different creeds
And different people have different needs
It’s obvious you hate me though I’ve done nothing wrong
I’ve never even met you, so what could I have done?

I can’t understand
What makes a man
Hate another man
Help me understand

People are people, so why should it be
You and I should get along so awfully?
People are people, so why should it be
You and I should get along so awfully?

And now you’re punching and you’re kicking
and you’re shouting at me
I’m relying on your common decency
So far, it hasn’t surfaced but I’m sure it exists
It just take a while to travel from your head to your fist

I can’t understand
What makes a man
Hate another man
Help me understand

Depeche Mode, Martin L. Gore, 1984

HOMELESS-LUXE

En 1982, Rei Kawakubo a provoqué nos intelligences avec la collection « holes« . Ses mailles déchirées, aux volumes non-conventionnels questionnaient l’interculturalité, la notion de beauté. La collection fut vouée au mépris par la critique.

La Couture de l’été 2000 de la maison Christian Dior imaginée par John Galliano était une collection homeless-chic inspirée par les sans-abris des rues de Paris. Doublures débordantes, coutures non-finies, imprimés papier journal, assemblage contrarié de matières, déchirures, trous… le tout stylisé et accessoirisé pour le podium… Là encore cette démonstration provoqua un petit scandale.

DIOR HAUTE-COUTURE SS 2000

Ci-dessous une photo capturée à Paris, place de la République où la réalité rattrape la fiction des podiums, comme une mise en abyme, illustrant le style homeless-chic-hippie.

SANS-ABRI, PLACE DE LA RÉPUBLIQUE, PARIS 2017 © PHOTO CHRISTIAN POULOT