MUGLER ALIÉNÉ

Excroissances bio-mechaniques et tubulaires…
Quand un parfum maison se nomme Alien, il n’est pas surprenant de voir émerger du costume créé pour la spectacle Zumanity (pour le Cirque du Soleil en 2003) la silhouette de la chimère de cauchemar imaginée par l’artiste suisse Hans Ruedi Geiger.

COSTUME POUR ZUMANITY, THIERRY MUGLER, 2003
ALIEN, HANS RUEDI GIGER, 1979

DESIGN BY PACO RABANNE

Saisi au hasard d’une brocante, ce concept album de 1978 du groupe français Droïds est créé et distribué par Barclay juste après que ces deux membres aient été contaminés par le film Star Wars (1977).
Le styliste Paco Rabanne grand utopiste des chimères spatiales à été convoqué pour réaliser le design de la pochette intérieure.

Lire la suite « DESIGN BY PACO RABANNE »

BRADERIE CENTRE CULTUREL SUISSE

Le Centre Culturel Suisse ferme ses portes pour travaux et à organisé une grande braderie libérant ainsi son patrimoine de cafetières, matériel de montage vidéo, livres sur le graphisme et l’architecture, affiches variées, de photographies grands format dédicacées par Peter Knapp, de disques improbables, de vêtements, magazines de mode… bref un arty vide-grenier.

MARGIELA, ÉTRANGE CRÉATEUR DE L’ABSURDE

Sur l’affiche, de la subtilité et une économie de moyens graphiques pour un rendement qui fait écho, au plus près, à l’essence de la maison Margiela.

Nier, refuser au sens nitzschéen, les règles (?) de la composition typographique. Ainsi, quitter les lignes base, les interlettrages précis et autres alignements non pas pour fuir et s’astreindre de recherche de sens mais au contraire pour exécuter un pavé textuel Absurde et acquérir du Sens, camusien.

ON A VU ÇÀ: FUTURISSIMO A TOULON

Hyères en Provence accueille la Design Parade 2021 jusqu’à la fin du mois d’octobre. Depuis quinze ans, au sein de la Villa Noailles, ce festival qui cette année précède le Festival International de mode et de photographie est un moment de rencontres et de découvertes autour de l’architecture d’intérieur.

Stimuler la culture et le patrimoine toulonnais

Dans le cadre de cette manifestation, à quelques encablures, Toulon, la ville qui héberge le célèbre port militaire réserve l’Hôtel des Arts au Centre Pompidou, commissionné depuis cinq ans pour organiser des expositions dont les éléments sont issus de sa collection.

La Design Parade Toulon est cette année, consacrée à la vision utopiste du design italien de 1930 à l’aube du XXIe siècle. Cette exposition est l’occasion de parcourir à travers le mobilier, les arts de la table, l’architecture post moderne, les luminaires ou l’édition (…) une histoire du design italien.

Du mouvement rationaliste des années vingt aux prémices de Memphis des années quatre-vingt, il s’agit de (re)croiser et d’appréhender l’impact dans notre quotidien des grands noms de ces courants, de Gio Ponti à Gaetano Pesce, Joe Colombo à Ettore Sotsass…

MARIÉS À LA VIE À LA MORT

On pourrait débattre de longues heures sur l’art de la réinterprétaion, l’opportunisme parfois provocateur de Demna Gvasilia.
On préfère retenir certaines de ses explorations qu’il dissémine tantôt au sein des boutiques, lors des défilés ou sur les réseaux sociaux, affirmant par là même son talent individuel autant que son allégeance à la maison Balenciaga.

Serions-nous face au créateur de mode qui capture et interroge le mieux notre époque?

Robe de mariée, Cristobal Balenciaga, 1967

Demna Gvasilia fragmente et dilate son champ de création via sa marque VETEMENTS, déclinée en VETEMENTS UNCENSORED ou encore VTMNTS, par la création de produits dont une jeunesse est parfois prête à tout pour se les procurer comme la Triple »S ».

Warholien il pousse le bouchon en créant des boucles d’oreilles capsules de bouteille ou en reproduisant le sac Ikea. Flirte avec le groupe très controversé Ramstein et pousse au sublime via la direction artistique de Balenciaga dont le dernier show Couture (ci-dessous) reprend les codes de la maison et réalise un bel écho aux créations du maître.

Robe de mariée, Demna Gvasilia pour Balenciaga Haute Couture, 2021