DER ABEITER FOTOGRAF

À la fermeture journalière de l’usine, les ouvriers transgressifs et activistes investissent les lieux.
Au soir tombé, seul instant disponible de leur journée, ils déclenchent l’obturateur et créent des iconographies-témoignages derrière leur machine-outil.

Ils exposent leur mise en scène au sein d’une revue créée pour l’occasion, Der Arbeiet Fotograf (Le photographe ouvrier).

Au fil du temps, celle-ci infiltrera progressivement d’autres territoires dont le reportage, la nature morte, l’activité sportive, livrant des clichés d’un quotidien sans complaisance mais dont l’esthétique frise parfois avec la photo d’art.

Une source d’inspiration photographique et typographique à consulter ici: