Louis Vuitton, manufacture de souliers | Visite

louis-vuitton-fiasso

louis-vuitton-venise-manufacture-44

At Fiesso d’Artico a town near Venice, well known till the 13th century for is savoir-faire in shoe-making, you enter at La manufacture de souliers of Louis Vuitton and took the main street (rue principale in french) to go to one of the four ateliers.

Each is indicated with a colour (see above) and a specific name: Taïga for men shoes, Nomade for loafers (women and men), Speedy for sneakers (women and men) and Alma for « La femme élégante ».

Two production lines make a 5 steps process: the cutting / the prototypes are mixed with the production as the designers are working with the artisans / the quality control, the finishing (‘make up’ of the shoes) and the packing.

louis-vuitton-venise-manufacture-1

louis-vuitton-venise-manufacture-26

There is three ways of cutting: with hand, with a pressing machine or with the computer (for better optimisation)

louis-vuitton-venise-manufacture-2

louis-vuitton-venise-manufacture-3

louis-vuitton-venise-manufacture-4

louis-vuitton-venise-manufacture-5

louis-vuitton-venise-manufacture-8

louis-vuitton-venise-manufacture-9

louis-vuitton-venise-manufacture-10

louis-vuitton-venise-manufacture-7

louis-vuitton-venise-manufacture-11

louis-vuitton-venise-manufacture-12

louis-vuitton-venise-manufacture-13

louis-vuitton-venise-manufacture-14

louis-vuitton-fiasso-2

louis-vuitton-venise-manufacture-31

louis-vuitton-venise-manufacture-29

louis-vuitton-venise-manufacture-27

louis-vuitton-venise-manufacture-28

louis-vuitton-venise-manufacture-17

louis-vuitton-venise-manufacture-16

louis-vuitton-venise-manufacture-15

louis-vuitton-venise-manufacture-43

Demie-mesure
« Demi-mesure » is not « made to mesure ». It’s a service that allow each client (men only) to choose between three shapes (Fenice, Ducale and Rialto), three stitchings (Norwegian, Goodyear and Blake) and a large choice of skins to create his own pair of souliers. The result is a choice between 3500 combinations!

Wait about 12 weeks for a basic model to 16 weeks for a more complicated one like little boots. The price ranging from 2000 to 8500 euros and as the colour (« the make up », the art of patina) is handmade (see below) you’ll be sure that your pair will be unique!

The demi-mesure service is only available in eight locations for now, Milan was first, then came Sydney, Tokyo, Miami, London, Shangaï, Monaco and Munich last week.

Since 2001, when it has been established, La manufacture de souliers combine the excellence in craftmanship and cutting-edge technology, the best of France and Italy.

louis-vuitton-venise-manufacture-39

louis-vuitton-venise-manufacture-19

louis-vuitton-venise-manufacture-18
An artisan making a Norwegian stitch

louis-vuitton-venise-manufacture-22

louis-vuitton-venise-manufacture-20

louis-vuitton-venise-manufacture-23
After and before sole’s patina

louis-vuitton-fiasso-3

louis-vuitton-venise-manufacture-41

louis-vuitton-venise-manufacture-25

louis-vuitton-venise-manufacture-24
The art of patina by two artisans or call it the « make-up of the shoes », give a unique result to the souliers, that’s also the beauty of the product !

louis-vuitton-venise-manufacture-40
Voila !

 

 

Modoscopie | Pièce d’Anarchive

 

Trois profils pour un design

Virginie organisait des évènements pour les marques de luxe lorsqu’elle à rencontré Déborah qui travaillait alors dans l’industrie du parfum. Priscilla, soeur de Déborah et designer, responsable des collections prêt-à-porter femme à Londres chez Vivienne Westwood, les a rejoint par la suite.

Elles toutes les trois quitté leur boulots respectifs afin de se lancer dans l’aventure Pièce d’Anarchive.

Univers: héritage et anarchie

Notre univers découle directement du nom de la marque, Archive pour tout ce qui a attrait au savoir-faire et à l’héritage. Cette saison la guipure est faite à Calais, les cuirs sont français. On fait appel aux meilleurs fabricants qu’ils soient français ou étrangers.

Ce n’est que cette saison que nous avons trouvé un fabricant avec lequel nous souhaitions développer notre chaîne et trame.

Anarchie parce que l’envie est d’insuffler des nouvelles techniques chez les fabricants, de pousser les traditions et dans les thématiques, de faire s’entrechoquer des choses différentes.

« L’envers devient l’endroit, on leur fait faire des choses qu’ils n’ont pas l’habitude de faire » (Deborah)

« Il s’agit d’une anarchie positive, portée sur le produit, avec l’envie de twister les choses » (Priscilla)

 

Cependant travailler avec les meilleurs reste un processus long a mettre en place mais nous avons réussi à posé nos fondamentaux auprès des fabricants, lors des deux premières collections. Désormais notre approche commence a être reconnue.

Sportswear de luxe

Bien sûr ce sont les détails sportifs, les inspirations venues des maillots de basket, les incrustations de biais, la résille, les détails fluos…

Mais il y a aussi le confort, des pièces qui ne sont pas « body conscious », mais qui ont plus à voir avec le vertige que l’on peut avoir lorsque l’on est en mouvement ou que l’on danse…

Communication et distribution

On essaie de conserver une certaine confidentialité, de trouver des manières de présenter singulières, d’avoir une communication conforme à la marque.

Nous sommes distribués depuis nos débuts chez Montaigne Market, Le Bon Marché, Merci et Colette, mais aussi chez Blake à Chicago, Louis à Boston et nous avons de bons retour du Japon, qui est un marché que nous allons suivre.

Une mode intello pour des filles cool

La femme qui porte Pièce d’Anarchive est comme nous, elle a simplement envie de vêtements confortables et élégants.

« L’idée est d’installer des codes, un discours qui corresponde a notre positionnement très haut de gamme » (Virginie)

 

On se projette dans nos créations, on les porte et faisons de multiples essayages au studio. Celles-ci se doivent d’être très portables et très qualitatives, des pièces très chères que l’on aurait envie de porter avec des baskets.

Nous recherchons cette envie de « cool », de casual et d’élégant à la fois.