Le blues

Tout a commencé avant-hier matin avec la disparition d’Yves Saint Laurent lorsque j’ai recroisé le bleu Majorelle.


Jardin de Majorelle, Marrakech


Yves Saint Laurent, l’Officiel 1976


Robe vestale en jersey de laine, Yves Saint Laurent Rive Gauche, Vogue 1986


Campagne Printemps-Été 2008, Stefano Pilati pour Yves Saint Laurent

Puis je me suis souvenu avoir dévalisé notre marchand de couleur il y a 3 ans avec mon petit garçon alors âgé de 3 ans et demi. Sa couleur préférée étant le bleu, il a réalisé l’œuvre ci-dessous:


En bleu turquoise, bleu de France, bleu de Prusse, bleu nuit, bleu ciel et bleu canard, un éléphant, un ours et des traces de pas…

Alors, je me suis mis à lister la liste des bleus, tel un poème de Jacques Prévert.

le bleu Klein, pour Jeanne Lanvin
le bleu Lanvin, pour Michel Klein
le bleu pastel, pour Jacques Esterel
le bleu émeraude, pour Vivienne Westwwood
le bleu acier, pour Gianfranco Ferré
le bleu azur, pour la Couture
le bleu canard, pour Léonard
le bleu céruléen, pour Madame Paquin
le bleu ciel, pour Gabrielle Chanel
le bleu indigo, pour Yohji Yamamoto
le bleu cobalt, pour W& LT (1)
le bleu électrique, pour Manolo Blahnik
le bleu bleuet, pour Paul Poiret
le bleu de France, pour Wolfgang Tillmans
le bleu empire, pour Björk Gudmunsdottir
le bleu de Prusse, pour Jérôme Dreyfuss
le bleu Majorelle, pour YSL
le bleu marine, pour Ter et Bantine
le bleu nuit, pour Elsa Schiaparelli
le bleu outremer, pour Nicolas Ghesquière
le bleu horizon, pour Louis Vuitton
le bleu blanc-bleu, pour Edward Henri Molyneux
le bleu pétrole, pour Gaultier Jean-Paul
le bleu des mers du sud, pour Plein Sud
le bleu roi, pour Véronique Leroy
le bleu vert, pour Daniel Hechter
le bleu cyan, pour Marc Le Bihan
le bleu de guède, pour Karl Lagerfeld
le bleu de travail, pour Kookaï
le bleu comme toi, pour Jean-Claude Jitrois
le bleu presque transparent, pour Marc Bohan

je vous laisse

le bas-bleu
l’ange bleu
l’heure bleue
le cavalier bleu
la période bleue
le blue jean

et tous les autres bleus


(1) Wild & Lethal Trash, la marque de Walter Van Beirendonck que l’on prononce « walt »