Couture | Effet de manches chez Lefranc-Ferrant

Il fait frais au Palais de Tokyo où s’est déroulé le show de Lefranc-Ferrant. Non pas que la température extérieure ait baissée, bien au contraire, mais tout simplement parce que le défilé auquel on a assisté est une collection été 2011 calée dans le calendrier automne-hiver 2010 ! Du court, des couleurs et des matières estivales, c’est une habitude chez Lefranc-Ferrant que de défiler avec décalage.

Les silhouettes sans audace particulière,  sont pimpantes et très parisiennes, col relevé et manches retroussées.

Arrêtons-nous sur un détail toutefois, la tête de manche de certains modèles de cette saison. Observons la couture de l’arrondi d’épaule placé beaucoup plus bas que de coutume. Le genre de détail que l’on ne peut voir qu’au sein des backstages.

Béatrice Ferrant, propose de la baptiser la « Manche LF » (manche Lefranc-Ferrant)!

Détails de manches et d’emmanchures

In the backstages: l’ambiance

Featuring les coiffeurs, les habilleurs, Mario Lefranc et Béatrice Ferrant ajustant les modèles avant que les mannequins formant The Line ne s’élancent sur le runway.

Red devils

Couleur de l’action et couleur dramatique (drama signifiant action en grec). La maison de couture Lefranc-Ferrant dont les créations sont qualifiées de sophistiquées et désinvoltes à tout misé sur le rouge pour cette saison. Les créations de ce duo semblent simples au premier regard mais recèlent souvent un détail étonnant voire détournant.

Xenia « strike a pose »

Béatrice Ferrant et Mario Lefranc forts de leur 20 ans d’expérience dans la Couture ont créé leur maison en 2007 et bien que n’ayant pas encore le label Couture perpétuent d’ores et déjà  la tradition de cet artisanat unique. Alber Elbaz, himself, ne s’y est pas trompé et soutient le duo de designers.

Ambiance backstages.

Deux des nouvelles maisons de couture française qui se sont créées ces dernières années, Stéphane Rolland et Lefranc-Ferrant ont plutôt des styles « classique » et discrets, loin des extravagances stylistiques anglo-saxonnes ou des ostentations italiennes.
Est-ce çela que l’on appelle « l’élégance à la française » ?