Vanessa et Karl au Printemps

Les vitrines de Noël du Printemps, toujours « très fashion », ont cette année été réalisées en collaboration avec Karl Lagerfeld et le studio de création de la maison Chanel.

Chaque vitrine fait référence à des éléments emblématiques de la maison ou de la vie de Mademoiselle Chanel.

La vitrine Moscou, collection métiers d’art, fait référence à un pays qui à fasciné Mademoiselle Chanel et auquel Karl Lagerfeld à dédié un défilé en 2009

La vitrine Venise, collection Croisère où le bijou est dans tous ces états…

… est bâtie autour du lion, animal qu’affectionnait la grande Mademoiselle et que l’on retrouve en plusieurs exemplaires dans son appartement de la rue Cambon.

La vitrine Shangaï en référence à l’attrait que la Chine provoquait chez Gabrielle Chanel.

Pour preuve les nombreux (huit) paravents chinois de Coromandel, qu’elle possédait dans son appartement (ci-dessous).

La vitrine Tokyo, Croisière de 2005, collection qui fait suite à la création du magasin de Ginza en 2004.

Vitrine Biarritz, où la couturière ouvrit une boutique en 1915 et sa première maison de couture

Et Paris avec Karl himself !

Au Paradis dans mon cocoon

Canari capturé par Jean-Paul Goude en 1992 pour le parfum Coco. Karl Lagerfeld fera porter à Vanessa Paradis les sacs de la Ligne Cambon et New Mademoiselle à l’aube des années 2000. Cette histoire a joliment repris son cours cet hiver avec Rouge Coco et continue ce printemps avec la nouvelle ligne de sacs Coco Cocoon, sacs avec lesquels on a toujours envie de se lover…

L’entrée de l’appartement de Mademoiselle Chanel en était truffé la semaine dernière…


Des pochettes, des shopping bags, noirs, gold, chocolat…


… en nylon, en alligator ou en orylag, il y a un doudou pour chacun d’entre vous.

Tantôt canari, tantôt poussant la chanson Vanessa Paradis est toujours aussi charmante. Jugez-en vous-même dans le making-of de la campagne de communication ci-dessous.

Qui qu’a vu Rouge Coco ?

 

R comme Rouge à lèvres, O comme Oser, U comme, G comme Gabrielle… Chanel, E comme Élegance à la française
C comme 31, rue Cambon, O comme, C comme Camélia, O comme Oh là là !

R comme… Rouge, O comme… Oser, U comme Unique, G comme… Gabrielle, E comme… Élegance à la française, C comme… 31, rue Cambon, O comme… Or, C comme… Camélia, O comme… Oh là là !

Un abécédaire autour des lettres de Rouge Coco, pour célébrer la sortie de la nouvelle gamme de rouge à lèvres de la maison Chanel. Neuf mots ayant tous un rapport avec l’histoire de Mademoiselle.

« Essayer de séduire les femmes qui ont perdu le touch du rouge à lèvres », voilà l’objectif que c’est fixé Peter Philips (directeur international de la création du maquillage) avec cette nouvelle gamme. Il dédie sa collection à toutes celles qui ont peur du rouge à lèvres, qui ne sont habituées qu’au gloss ou au nude mais « qui restent intriguées par cet objet ».

Pour celles, je le cite, « qui pensent que le rouge à lèvres ce n’est que pour les vieilles dames… »

Référence à l’histoire de la marque et projection

Pour toutes ces femmes et jeunes filles, Peter Philips essaie d’apporter une réponse avec une approche très accessible, très simple d’application, mais avec une qualité très Chanel, traditionnelle, voire vintage.

Cette tradition se retrouve par exemple dans le design timeless, standard et dans les lignes pures de l’étui crée par Mademoiselle. La modernité s’exprimant dans le choix du matériau, on à ainsi évolué de la bakélite de 1954, au métal plus froid, plus lourd, mais aussi plus luxueux.

rouge-coco-1

Retrouver le geste

Peter Philips insiste sur le fait que la (re)découverte peut se faire par une autre teinte que le rouge vif, d’où une collection rassemblant 37 teintes au total. L’essentiel étant pour lui de retrouver « le geste ».

Quoi de plus beau en effet, que le geste d’application du rouge à lèvres ? Redécouvrir ce geste est déjà  un grand pas en avant, vers plus de féminité peut-être ?

rouge-coco-ophélie-2

La symbolique du lipstick rouge carmin est encore très forte dans notre culture. Il véhicule les idées de féminité, de force, de pouvoir et de séduction, très Carmen tout çà.

rouge-coco-3
Ci-dessus les 20 teintes du cœur de gamme, qui seront complétées par 17 teintes « locales »

Pour sublimer le tout la maison Chanel à choisi comme égérie notre Vanessa Paradis, dont je suis un grand fan. De « Joe le Taxi » à sa collaboration avec Serge Gainsbourg, du film publicitaire Coco de 1992 au spot visible dans quelques semaines réalisé par Jean-Baptiste Mondino, Vanessa Paradis s’impose comme la personne idéale, moderne et accessible.

En exclusivité, le making of…

« Qui qu’à vu Rouge Coco », le titre du billet, fait référence au morceau « Qui qu’à vu Rouge Coco dans l’Trocadéro » que Gabrielle Chanel chantait à ses débuts dans les caf’conc.