Hyères 2014 | A quick overview

Dear readers,
A quick overview before the finale

Agnese Narnicka

agnese-narnicka-2

agnese-narnicka-3

+ White, chalk colours
+ A cosy, lazy man
+ Hats made with polyéthylène
+ Synthetic material « because is more cosy and less strict »
+ Handmade paintings

Anne Kluytenaar

anne-kluytenaar-1 anne-kluytenaar-2 anne-kluytenaar-3

+ One day her father became a woman
+ She retains a real fascination with dress codes
+ The shape of women garments on men looks unflattering, so « i decided to reshape it »
+ Found in House of Chanel the definition of elegance (details, fabrics…)
+ As much as possible a Couture collection
+ Not for guys who want to be a woman. Men must keep their masculinity
+ Pants with a masculine cut in a feminine fabric
+ Models said that they were « very happy » to wear this clothes

Coralie Marabelle

coralie-marabelle-2coralie-marabelle-1coralie-marabelle-3

 

+ Inspired by traditional outfits from Iran
+ Organza hand painted on the edges
+ Modern elements from architecture and design
+ 3D effects with satin broderies (also hand painted)
+ Men outfits turns into feminine
+ Coralie wants to work in a couture house « to make crazy pieces »

Kenta Matsushige

kenta-matsushige-1

kenta-matsushige-2 kenta-matsushige-3

+ Influenced by Yohji Yamamoto and Tadao Ando
+ « The countryside of beauty »
+ Minimal structure mixed with Japan traditional clothes
+ Two colours grey and light green
+ The idea of the collection is to express the balance of the confrontation: nature/urban and modern/traditional
+ Original accessories

Liselore Frowijn

liselore-frowijn-2liselore-frowijn-1liselore-frowijn-3

+ Sportswer meets Luxury
+ « Luxury is the attention you paid to dress »
+ Influenced by Henri Matisse’s lasts works, when he was unable to paint
+ A multilayered silhouette
+ A voluminous silhouette to underline the strength of women

Marit Ilison marit-ilison-2marit-ilison-4marit-ilison-3

+ Used to play in a psychedelic band
+ Want to create « an experience » as we live in a very realistic world
+ Large coats like blankets
+ Want to create sensations linked to sleep and the warmth of the bed
+ Some inside of the coats are embroidered with Swarovski crystals

Pablo Henrad

pablo-henrad-2pablo-henrad-1pablo-henrad-3

+ Influenced by the darkness of the ocean, the Abyss
+ Influenced by the official sailor uniform and Captain Nemo
+ Want to bring elegance, sophistication and sensuality in the menswear wardrobe
+ show legs because « i found this sexy and masculine »

Roshi Porkar

roshi-porkar-1roshi-porkar-3roshi-porkar-2

+ Try to translate the shapes of Afghan feminine statuettes from 2000BC
+ The shapes are more extremes, the hips are exaggerated, etc.
+ Add more « dynamic » by adding a belt (also Japanese inspired)
+ Only dark-green colours
+ Furs, furs, furs

Yulia Yefimtchuk

yulia-yefimtchuk-1

yulia-yefimtchuk-4

yulia-yefimtchuk-2

+ Influenced by Constructivism and the « Black square » painting of Kasimir Malevitch
+ 3 main colours: red, black and white
+ On the garments, the writings are positive messages of 1920’s posters (« Peace to everyone », etc.)
+ The belts to illustrate the protection of women
+ A sophisticated work on the back

Modoscopie | Franck Banchet, DA du Printemps Haussmann

franck-banchet-1

Franck Banchet, directeur artistique du Printemps, nous parle de la collaboration entre Le Printemps, Karl Lagerfeld et le studio de la Maison Chane

Le thème

– « Nous avons créé avec les vitrines et les vitrines animées un Noël rêve d’évasion. Ainsi tout le boulevard Haussmann est un voyage autour du monde, en 24 heures et en onze villes. On commence par Los Angeles au début du jour et on termine à Tokyo en pleine nuit à l’autre extrémité du bâtiment. »

Onze villes

« Nous avons mêlé les codes de la maison Chanel et ceux des onze villes emblématiques de la mode et de l’élégance. La difficulté était de conserver un ton commun entre ces onze villes très differentes.

Chaque vitrine est composée en arc de cercle, réalisé façon « lame de miroir » sur lesquelles on a imprimé un fond de ville. Les lames de miroir rappelant bien entendu, l’escalier iconique du 31, rue Cambon. »


L’escalier du 31 rue Cambon


L’effet de « lames de miroir » dans la vitrine consacrée à Shangaï

Collaboration avec Karl Lagerfeld et son studio

– « Nous proposons un Noël holistique avec la maison Chanel cette année, tout le boulevard Haussmann lui est dédié.
Karl Lagerfeld et son studio nous ont raconté des histoires, ils ont réalisés des moodboards par villes et nous avons illustré leurs planches d’inspiration. Chaque ville représentant une partie de l’histoire de la maison Chanel vue à travers ses collections Croisière ou ses métiers d’art. »

Collaborations avec d’autres designers

– »Deux grandes périodes orchestrent notre année:
Les périodes de fashion week sont dédiées et plus appropriées aux jeunes créateurs, c’est une véritable porte ouverte.
La période de Noël, par contre, c’est l’idée de partage et de générosité qui est mise en avant. L’univers d’un créateur à cette période de l’année risquerait d’être moins bien perçue. »

Vitrine de Noël réussie

– « Notre rôle est d’offrir du rêve et du partage. C’est une vraie tradition.

Le soir, j’écoute la foule en face des vitrines, de voir les gens émerveillés, les yeux grands ouverts, c’est pour moi la meilleure critique.
Il faut être capable de répéter cela tous les ans et ce depuis 1973 année où le Printemps a commencé les vitrines animées avec la famille Dehix. »

DA du Printemps c’est aussi…

– « Etre tout le temps innovant, de surprendre et d’offrir a notre client une expérience shopping incroyable.
Cela consiste en fonction des valeurs et de la personnalité du Printemps d’être toujours en phase d’innovation, de savoir faire appel autant à des personnalités comme Karl Lagerfeld qu’à de jeunes créateurs ou photographes. »

Vanessa et Karl au Printemps

Les vitrines de Noël du Printemps, toujours « très fashion », ont cette année été réalisées en collaboration avec Karl Lagerfeld et le studio de création de la maison Chanel.

Chaque vitrine fait référence à des éléments emblématiques de la maison ou de la vie de Mademoiselle Chanel.

La vitrine Moscou, collection métiers d’art, fait référence à un pays qui à fasciné Mademoiselle Chanel et auquel Karl Lagerfeld à dédié un défilé en 2009

La vitrine Venise, collection Croisère où le bijou est dans tous ces états…

… est bâtie autour du lion, animal qu’affectionnait la grande Mademoiselle et que l’on retrouve en plusieurs exemplaires dans son appartement de la rue Cambon.

La vitrine Shangaï en référence à l’attrait que la Chine provoquait chez Gabrielle Chanel.

Pour preuve les nombreux (huit) paravents chinois de Coromandel, qu’elle possédait dans son appartement (ci-dessous).

La vitrine Tokyo, Croisière de 2005, collection qui fait suite à la création du magasin de Ginza en 2004.

Vitrine Biarritz, où la couturière ouvrit une boutique en 1915 et sa première maison de couture

Et Paris avec Karl himself !

Liberty enlightening fashion !

Bernhard Willhelm, Autumn-Winter 2010-2011

Si j’avais eu 17 ans en 1975, me serais-je baladé en perfecto clouté et crête punk au 430 King’s Road a Chelsea?

Cette statue de la liberté portant une baguette de pain en guise de flamme est signée Bernhard Willehlm… Liberté sur fond rouge, elle porte boubou bigarré, crête punk faite de baguettes, rouge à lèvres sombre et rimmel qui dégouline. Un symbole détourné et mis au goût du jour comme La Marseillaise reggae de Serge Gainsbourg le fût en son temps.

Il fut un temps où Jeremy Scott (autre designer iconoclaste) fréquentait assidument Karl Lagerfeld, maître de la maison Chanel. Le DIY et le Luxe, deux univers apparemment si éloignés peuvent se rencontrer. On peut se rememorer la rencontre au début des années 80, entre Jean-Michel Basquiat le graff’artiste de rue et Andy Warhol le peintre socialite pop.

La mode n’est pas que le glamour de Gucci, la faste de Chanel ou la folie créative de Dior. Le Luxe est audace, prise de risque et innovation, l’humour, la dérision, le choc des rencontres en sont donc des parties intrinsèque.

Contrairement aux idées reçues le Luxe est loin d’être passéiste et immobile, bien au contraire. Dynamiques, il n’est donc pas étonnant que les entreprises de ce secteur soient les premières à sortir de la crise économique.

« Enlightening » (éclairant en français) que l’on pourrait aussi rapprocher du terme enchanter (éblouir d’une lumière vive au point de provoquer une grande admiration) est ce vers quoi tend le Luxe, à la recherche d’un ré-enchantement(voir la dernière ligne de ce billet).

M. Bernard Arnault à intégré John Galliano, un punk, à la direction artistique de Dior, Vivienne Westwood, initiatrice du mouvement punk avec Macom Mc Laren fait aujourd’hui parti de l’establishment anglais. Quelle marque de Luxe va oser intégrer un esprit frondeur comme Bernard Willhelm (ou un Jean Paul Lespagnard…) à sa direction artistique?

— English text

If I had 17 years old in 1975, would I wandered in studded jacket and punk mohawk hairstyle in front of the 430 King’s Road in Chelsea?

The Liberty Enlightening the World wearing a french bread as a flame is created by Bernhard Willehlm… Liberty in red, wearing a colorful robe, a mohawk made of sticks, dark lipstick and a dripping mascara. A symbol hijacked and set up to date as Sex Pistols’ God save the queen was in its time.

There was a time when Jeremy Scott (another iconoclastic fashion designer) was a dear friend of Karl Lagerfeld. It would be interesting to see if the DIY world of the american designer and the luxury world of Chanel can meet and mix. Somewhere it reminds me the meeting in the early 80s, between Jean-Michel Basquiat, the graffiti artist and Andy Warhol, the socialite pop painter.

Fashion need all these talents, it is not only the glamour of Gucci, the luxury of Chanel or Dior’s creativeness. Humor and mockery is part of Luxury. Luxury is daring, risk, and innovation. Unlike popular belief Luxury is not stationary. Therefore it is not surprising to see companies like Hermès to be the first to emerge from the economic crisis.

John Galliano, punk, is since 1996 the artistic director of Dior. Vivienne Westwood, mother of punks, is from years now, part of the british establishment. The challenge: which Luxury brand will incorporate a mind like Bernard Willhelm in his artistic direction?

 

Bulgari à Paris, grand crû


Elizabeth Taylor

Exceptionnelle l’exposition parisienne des 600 pièces retraçant 125 ans d’histoire de la maison de haute joaillerie italienne ! Le soir du vernissage on pouvait déjà  supputer la magnificence des créations de la Maison Bulgari, mais ce n’était rien comparé à la visite proprement dite que j’ai pu faire quelques jours plus tard.

Pour des raisons d’affluence, ma visite fut anti-chronologique ce qui ne m’a pas empêché de la dévorer… Un terme de bouche, allant de pair avec les mots opulence et générosité. Une explosion luxueuse où se mêlent rubis, émeraudes, saphirs, diamants, le platine et les ors. Une outrance chic et chromatique qui sied à une bohémienne internationale, une femme au caractère enlevé, vive comme ces belles et talentueuses actrices italiennes que sont Sophia Loren, Claudia Cardinale, Anna Magnani ou encore Monica Vitti toutes liées à la marque.

Ci-dessous, 1988, collier à 5 festons ornés de 64 saphirs jaunes et bleus taille coussin (total 399,22 carats), diamants, perles de culture et or.

Le monde de la création sera alors sensibilisé par l’ascension de la Maison italienne.
Hollywood sera conquit, Jessica Lange, Grace Kelly, Ingrid Bergman ou Elizabeth Taylor (une partie de l’exposition est d’ailleurs reservé à sa splendide collection) seront de fidèles ambassadrices.
Bulgari sera une marque « à la mode », on comparera la griffe italienne à Chanel: « un bijou Bulgari se reconnaît comme se reconnaît un tailleur Chanel » (in Connaissance des Arts, 1963). La profusion de la couleur présente à cette époque (les années 60) dans les créations du joailler italien peuvent être mises en regard avec les créations des maisons Pucci ou Léonard quelques années plus tard.
Et les artistes dont Andy Warhol himself émettra plusieurs avis sur la question, notamment en déclarant: « I always visit Bulgari, because it’s the most important Museum of Contemporary Art ».

L’exposition montre une maison fortement receptive aux changements de son époque. Les années 70, sont créatives, provocantes et pop. Des objets du quotidien (cornet à glace, cartes à jouer…) sont alors magnifiés par les artisans joailliers. Dans les années 80 Andy Warhol parlera de « look Bulgari » un terme emprunté au prêt-à-porter triomphant. Aujourd’hui on parle de design bi-dimensionnel et flexible et les créations sont portées par Julianne Moore.

Au cours des années cinquante, la Maison italienne inverse l’usage courant qui réservait la taille cabochon (on dit pierres montées en cabochon) aux pierres secondaires. Bulgari invente ainsi une forme de luxueuse désinvolture (comme le ras du cou de 1979 ci-dessus). Quelque que soit la haute valeur des pierres, une haute-joaillerie qui se porterait presque en toute occasion…

1961, le fameux bracelet-montre d’Elizabeth Taylor, le serpent abrite dans sa gueule un boîtier Jaeger-Lecoultre

1971, sautoir en or, corail et diamants

An exceptional exhibition of 600 masterpieces depicting 125 years of history of Italian fine jewelry house Bulgari.

Wealth and generosity, an explosion of luxury, where rubies, emeralds, sapphires, diamonds, platinum and gold mix together. A chic and colorful galore fitting an international gypsy, a woman with a strong character, with a vivacious mind as the beautiful and talented Italian actresses (Sophia Loren, Claudia Cardinale, Anna Magnani, Monica Vitti) all of them linked to the famous italian house.

All the art field will then be sensitized by the rise of the Italian house. First of all Hollywood actresses will be conquered and will be faithful ambassadors, Jessica Lange, Grace Kelly, Ingrid Bergman and Elizabeth Taylor (part of the exhibition is booked for her personal collection).

circa 1979, ras du cou, style très en vogue alors dans la maison Bulgari (or, rubis, saphirs, lapis-lazuli et diamants)

1986, broches, « sucette glacée » et « cornet de glace » en or, calcédoines, corail et diamants

1991, collier en or, émeraudes, améthystes, citrines, tourmalines roses, saphirs et diamants

1994, collier Chandra en or, porcelaine blanche, tourmaline roses, rouges et vertes

Then the fashion world as the Italian label will be compared to Chanel: « Bulgari jewelry is recognized as a Chanel suit can be recognized » (in Connaissance des Arts, 1963).

Then the Art world with Andy Warhol declaring: » I always visit Bulgari, because it’s the most important Museum of Contemporary Art. »

Bringing the cabochon techniques from the secondary stones to the fine stones during the fifties, creating such appealing jewels that people want to wear them anytime-anywher, Bulgari’s challenge was to create a fine jewelry that people could wear in almost any occasion a sort of casual « high end » luxury…

The exhibition shows a house highly receptive to the changes of its time. The 70’s were creative, provocative and pop, everyday items (ice cream cones, playing cards …) are magnified by master jewelers. In the 80’s Andy Warhol talk about « the Bulgari look » a term borrowed from the ready-to-wear. Today Bulgari talk about flexible and two-dimensional design and the jewels are worn by Julianne Moore.

A brief history Bulgari from the end of the 60’s to the 80’s (recorded during the exhibition)

Fashion rocks with Irina

Rrrrock it Irina !

Paris Fashion week- La journée avait été riche en défilés et rencontres diverses et nous nous rendions à une de ces nombreuses fêtes qui ont pris place à Paris pendant la semaine des défilés. Irina Lazareanu, actuelle égérie de la campagne Lanvin loves H&M, devait interpréter live quelques morceaux qui lui sont chers (à ne manquer sous aucun pretexte donc), elle sera rejoint par Lou Doillon et Olivier Zahm un peu plus tard dans la soirée.

We saw many fashion show and meet nice people during that day. At noon we was walking to one of this many parties that took place in Paris during Fashion Week. Irina Lazareanu, current face of Lanvin Loves H&M campaign, had to interpret some rock songs tonight and we don’t want to miss that ! Lou Doillon and Olivier Zahm will join later !

The basement of Le Montana was the perfect place for this mini-showcase organized by Maison Michel (propriety of Maison Chanel since 1996, read)…

Photos and a really shitty video below.

maison-michel-party-3
Irina wearing Anthony Vaccarello‘s top

maison-michel-party-2

maison-michel-party-4

Lou Doillon

maison-michel-party-5

Catwoman wearing Maison Michel

maison-michel-party-6

Olivier Zahm x Lou

maison-michel-party-1

An other kitten wearing Maison Michel

maison-michel-party-8

Mon ami Pierrot (negative version)…

… let’s rock now ! with the shitty video !

PFW | Maison Guillet

Paris Fashion week was like crazy this season. Parties followings fashion shows, as if confidence was back in town, no more crisis. However it was in the softly boutique-workshop of Maison Guillet (one the seven art workshops of Chanel) that everything started…

We were invited to discover in exclusivity, the first collection of head accessories and the workshop.

Maison Guillet was created in 1896. Everything is still handcrafted and « everything is possible » as they told us, from finished product to the bespoke. It’s la Haute-Couture for the flowers!

Today, Maison Guillet is doing the emblematic camelia of Chanel as working for famous houses like Louis Vuitton, Christian Dior, etc.

 

Faisant partie d’une des sept(1) maisons d’art de la Maison Chanel, la Maison Guillet nous a fait l’honneur de nous présenter en exclusivité leur première collection d’accessoires de tête ainsi que leur atelier d’artisanat de luxe.

Depuis 1896, tout est entièrement fait main, tout est possible, du produit fini au produit sur-mesure autant que les décorations de vitrines. Aujourd’hui Maison Guillet réalise les camélias de la maison Chanel, mais collabore également avec les autres maisons pour des commandes spécifiques.

De parurier floral, la Maison Guillet devient fleuriste couturier. La Haute-Couture pour les fleurs !

Dans les ateliers – Inside the workshop

A video

(1) Maison Desrues (parurier), Maison Lemarié (plumassier), Lesage (brodeur), Massaro (bottier), Maison Michel (modiste), Maison Goossens (orfèvre), Maison Guillet (parurier floral)

Bouchra Jarrar | La sensualité de la quadrature du cercle…

Rendre sensuelles des lignes géométriques, des droites, des angles aigus et des obliques. Comme la quadrature du cercle, mission impossible ?

Bouchra Jarrar depuis sa Collection n°1 y réussi à merveille. Ses lignes viennent s’appliquer gracieusement, suggérer la courbe d’une hanche ou d’un sein. La ligne graphique soulignée par un biais écru dans le modèle ci-dessus, suit naturellement les formes du modèle et ne contraint nullement la fluidité de la matière.

Revue de détails

Haute Couture ? Non. On parle aujourd’hui de prêt-à-porter de luxe ou de sur-mesure, du concret, plus adapté à son époque.

Donne moi un V…

Les coupes et les fentes laissent apercevoir la taille ou une épaule. Pas très Va Va Voum ces Vestales, mais elle vous donnent tout de même le Vertige. Dans un bizarre love triangle(1), portant collier-plastron Volontaire, elles offrent leur nombril au sommet d’une encolure V plongeant elle même vers d’autre triangle Voluptueux

Dans les silhouettes ci-dessus on devine à la fois Piet Mondrian, Chanel (pour la bichromie noir/blanc) voire Jean-Louis Scherrer pour la géométrie (où la créatrice à fait un passage éclair).


Encolure V chez Jean-Louis Scherrer


Piet Mondrian, Composition with grid 2, 1915

(1) A réécouter Bizarre love triangle de New Order ici

Au Paradis dans mon cocoon

Canari capturé par Jean-Paul Goude en 1992 pour le parfum Coco. Karl Lagerfeld fera porter à Vanessa Paradis les sacs de la Ligne Cambon et New Mademoiselle à l’aube des années 2000. Cette histoire a joliment repris son cours cet hiver avec Rouge Coco et continue ce printemps avec la nouvelle ligne de sacs Coco Cocoon, sacs avec lesquels on a toujours envie de se lover…

L’entrée de l’appartement de Mademoiselle Chanel en était truffé la semaine dernière…


Des pochettes, des shopping bags, noirs, gold, chocolat…


… en nylon, en alligator ou en orylag, il y a un doudou pour chacun d’entre vous.

Tantôt canari, tantôt poussant la chanson Vanessa Paradis est toujours aussi charmante. Jugez-en vous-même dans le making-of de la campagne de communication ci-dessous.

Instants volés

À L’ÉTÉ 1962, LE MAGAZINE LOOK COMMISSIONNA DOUGLAS KIRKLAND AFIN DE FAIRE UN REPORTAGE PHOTOGRAPHIQUE SUR CELLE QUI HABILLAIT JACKIE KENNEDY, LA PREMIÈRE DAME DES ÉTATS-UNIS. GABRIELLE CHANEL, ALORS ÂGÉE DE 79 ANS ACCEPTA, NON SANS MÉFIANCE, QUE CE JEUNE PHOTOGRAPHE LA SUIVE PENDANT TROIS SEMAINES. LE RÉSULTAT ÉTAIT EXPOSÉ LE MOIS DERNIER À LA GALERIE BASIA EMBIRICOS À PARIS.

chanel-galerie-basia-embiricos-3

J’AI PRIS LE TEMPS PENDANT LA FASHION WEEK DE VISITER CETTE EXPO ET D’Y RENCONTRER SON CURATOR KU KHAHN. PENDANT NOTRE ÉCHANGE J’AI PU ME RENDRE COMPTE QUE J’ÉTAIS ASSEZ PROCHE DE CET ANCIEN PHOTOGRAPHE DEVENU COMMISSAIRE D’EXPO. EN EFFET, NOUS APPRENONS RAPIDEMENT QUE NOUS AVONS PASSÉS NOTRE ENFANCE DANS LA MÊME VILLE, FRÉQUENTÉS LE MÊME COLLÈGE ET LE MÊME LYCÉE (CERTES À 25 ANS D’ÉCART, MAIS TOUT DE MÊME!).

KU KHAHN M’ÉTAIT FAMILIER, SITUÉ ENTRE DOUGLAS KIRKLAND ET FREDERICO FELLINI SUR LA COUVERTURE DU MAGAZINE ZOOM (1972) QUE JE VENAIS DE RECEVOIR, SUITE À UN ACHAT EN LIGNE SUR EBAY. « IL Y A DES HASARDS QUI N’EN SONT PAS… » NOUS DIT ALORS LE RESPONSABLE DE LA GALERIE…

KU KHANH ENTRE DOUGLAS KIRKLAND ET FREDERICO FELLINI…

ky khanh-zoom-1

LORSQUE JE L’INTERROGE SUR LES LIENS QU’IL A PU NOUER AVEC LA MAISON CHANEL GRACE À CETTE MANIFESTATION, IL ME FAIT SAVOIR QUE LES PROMESSES D’ACHAT DE LA COLLECTION N’ONT PAS ÉTÉ TENUES ET QUE DE SOUTIEN IL N’EN A EU QUE TRÈS PEU…

chanel-galerie-basia-embiricos-2

LA GALERIE NOUS À OFFERT À TRAVERS CETTE EXPOSITION UN REGARD NOUVEAU SUR LA GRANDE MADEMOISELLE. CERTAINS CLICHÉS RÉUSSISSANT MÊME À SAISIR DES MOMENTS D’ABANDON (VOIR CI-DESSOUS), RENDANT CETTE FEMME MOINS GLACIALE QU’À L’ACCOUTUMÉE.

LA GRANDE MADEMOISELLE ÉTENDUE SUR UN CANAPÉ, UN MOMENT D’ABANDON…

chanel-galerie-basia-embiricos-1

UNE COLLECTION D’INSTANTS VOLÉS DANS LA RUE, DANS SON APPARTEMENT DU 31 RUE CAMBON OU AU MILIEU DE SES COUTURIÈRES ET DE SES MANNEQUINS DANS LES ATELIERS. UNE EXPOSITION QUI NOUS MONTRE UNE GABRIELLE CHANEL TANTÔT GRAVE, TANTÔT SOURIANTE ET SÉDUCTRICE, TANTÔT SECRÈTE. UNE VISION INTIMISTE, LOIN DES CLICHÉS (FINALEMENT RÉDUCTEURS) QUE L’ON ENTRETIENT SUR LA CRÉATRICE.

COCO CHANEL SUMMER 62(ÉDITÉ CHEZ STEIDL L’AN DERNIER) RASSEMBLE SUR PAPIER LES PHOTOS DE KIRKLAND ET UNE INTRODUCTION DE KARL LAGERFELD. UN OUVRAGE, DISPONIBLE CHEZ LA HUNE.