Fetish…ic !

Ci-dessus Marina Hoermanseder, AW2014

Articulé, lacéré, retourné et perforé, le cuir mis dans tous ses états, mais toujours raffiné et luxueux. Trois designers visitent à travers son usage et avec passion, les prothèses orthopédiques, le bondage et l’ambiguité sexuelle. Le corps, première source d’inspiration des designers de mode. Des tenues en latex des débuts de Vivienne Westwood en passant par Thierry Mugler et Alexander McQueen (RIP), l’esthétique fétichiste n’a certes jamais vraiment quitté les podiums de ces dernières décennies. Chez les designers présentés ci-dessous, le cuir dessine des lignes graphiques sur les chairs, le corps est mis à nu, contraint, customisé, jamais vulgaire.

Marina Hoermanseder

Sensation de la fashion week de Berlin, l’an passé, Marina Hoermanseder, fraîchement diplômée s’est rendue cette saison à la fashion week de Londres. Dans un rythme d’enfer, elle à successivement fondé sa société et livré une élégante et singulière collection de 17 modèles « fait main » réalisée en trois mois et demi.

Le cuir est moulé sur mannequin (travaillé pendant des jours à l’eau), découpé en bandes, teinté, riveté.

La collection n’exhale pas seulement la dimension sexuelle du fétichisme, mais aussi (et surtout) dit la créatrice, « son » fétichisme des matières. L’orthopédie dont elle s’inspire également ne doit pas être perçu comme déplaisant. Réinterpréter un appareillage pour les jambes « façon couture », relève d’un défi d’ériger vers le beau quelque chose considéré d’ordinaire comme négatif.

Zana Bayne

La jeune créatrice américaine adapte ses créations qui puisent aisément dans le registre SM et bondage afin de les associer avec des vêtements de tous les jours. Ces vêtements quotidiens se voient dotés ainsi d’un « adrenaline kick » sans négliger le confort si important à ses yeux.

Depuis deux mille dix, Zana réinterprete chaque saison des pieces emblématiques du SM (cf. le harnais) en changeant soit les finitions, la couleur ou le poids du cuir. Elle collabore régulièrement avec Prabal Gurung et récemment avec Victoria’s Secret.

Niels Peeraer

Diplômé de l’académie Royale d’Anvers en deux mille onze, Niels Peeraer, cultive l’ambiguité, il crée des accessoires en cuir unisex. Alors, de jeunes hommes en jupette portent de petits sacs précieux comme des emballages pour patisserie de luxe. Au cou des fraises en cuir immaculé, finement ciselées comme de la dentelle, confèrent à son porteur un port de tête légèrement altier.

A découvrir ici

niels-peeraer-ss2014-1

Points communs

  • Marie Chouinard, bODY_rEMIX/les_vARIATIONS_gOLDBERG, ballet en deux actes, créé au Festival international de danse contemporaine de la Biennale de Venise, Italie, le 18 juin 2005
  • La canadienne Jen Gilpin basée à Berlin et créatrice de la marque Don’t Shoot The Messengers (DSTM)
  • Les accessories bondage-chic de la marque anglaise Coco de Mer

Fashion | Niels Peeraer

niels-peeraer-ss2013-3

Niels Peeraer, got his Master degree of Royal Academy of Fine Arts Antwerp in june 2011 he talks about his latest creations showed at Zip Zone.

niels-peeraer-ss2013-1

« I am focus on unisex leather accessories, i think it’s my strong aspect of my work since we met for my graduation (1 year ago). My clothes are to extreme and i got many responses with my accessories. »

About your style

« I keep my own aesthetic, i try to balance the very tough leather, the metal pieces, the straight corners with the colour and the cutouts to create a cute design.

I try to create very useful and creative bags. Creativity don’t have to impact functionality. »

niels-peeraer-ss2013-2

niels-peeraer-ss2013-4

About the material and fabrication

« The material is vegetable-tanned leather so it darkens a lot in time. All those bags are hand made and the production will start in Spain. I created my own technique as i never learn the art of making leather bags before. There is no sewings involved, everything is maintain with studs and screws, that give a much stronger and cleaner line. »

niels-peeraer-ss2013-5

niels-peeraer-ss2013-6


You can find Niels Peeraer bags in Ra Paris, Ra antwerp, Joyce in Hong-Kong and Nicolas Formichetti’s pop-up store in Beijing in august

Coach me

I’ve heard about Coach a long time ago, but don’t have the possibility to see the products. So i rush with my precious friends at the opening of the parisian corner on boulevard Haussman.

I don’t know what i was looking for this american and very successful brand created in 1941, but what i saw surpised me. In fact i didn’t expect to see so much variations. You have to go and search between many different styles (from formal-Hampton’s style to something very color-pucci-rococo-esque; from contemporary-trendy to bling&pimp-my-bag leatherware) to find your perfect Coach. Even the logotype is reinterpreted in different ways, classical, handwritten or graphical…

On an other hand, as i’m looking for the perfect bag for a man, i was wondering if Coach could bring me some answers, unfortunately not, not enough models in the corner, some attachés and a two tote bags…

As the nearly millionesque (!) fans of the brand on the Facebook page I’m not sure the parisian bourgeoise will be a fan of the american chic, but all the international tourists will do and that’s a good point for the parisian megastore i suppose. You have to check it

Initiales BB : Barbara Bui

Barbara Bui c’était pour moi un style qui oscillait entre un peu de soft SM et un mauvais trip métallo-cuir. Or, en accompagnant Francesca lors de la présentation presse dans la nouvelle boutique du faubourg Saint-Honoré il y a quelques semaines, j’ai eu l’occasion de re-découvrir cette marque. Le style très marqué par des influences rock et le mariage assez réussi entre les matières m’ont séduit.
Les vêtements de Barbara Bui suscitent des réactions passionnées aussi bien auprès de la gent masculine que chez les femmes. La femme Barbara Bui y est tour à tour guerrière et « chatte », forte et fragile, objet de fantasmes et Amazone…

Moi j’ai tout simplement été fasciné par la nouvelle collection de chaussures… J’aime leur démesure, leur apparente agressivité, leur cambrure vertigineuse.

Les chaussures

barbara-bui-ss-2009-1
Think pink ! Shoes galore…

barbara-bui-ss-2009-21
Vavavoum !

barbara-bui-ss-2009-3

barbara-bui-ss-2009-4

barbara-bui-ss-2009-5

barbara-bui-ss-2009-6
Laçage, cuir, fourrure, les ingrédients d’une recette au fort pouvoir érotique et/ou sensuel…

Les accessoires

barbara-bui-ss-2009-18

barbara-bui-ss-2009-19

barbara-bui-ss-2009-20
Afin de renouveler les vu et revu bracelets cloutés, emblématiques des mouvements punk-rock, Barbara Bui introduit le galuchat pour cette saison, assurant par là-même une montée en gamme de la ligne?

Les vêtements

barbara-bui-ss-2009-11
Les couleurs exposées ne sont pas en reste. Aux extrêmes le noir et le blanc, une pointe de rose shocking et une touche d’argent pour le glam.

barbara-bui-ss-2009-12
Plus rock’n’roll tu meurs…

barbara-bui-ss-2009-16

barbara-bui-ss-2009-15
Python, fourrure, cuir, des matières pas toujours évidentes à combiner sans sombrer dans la vulgarité ou le bal costumé. Barbara Bui y parvient avec brio dans cette collection que ne renierait pas une moderne Barbarella/Jane Fonda, sûre de sa force et de son pouvoir de séduction.