Event | Camper love Paris

20TH ANNIVERSARY OF CAMPER’S ARRIVAL IN PARIS, MANY FRIENDS AND DESIGNERS FOR THIS EVENT.

camper-love-20-years-1
ACCESSORIES DESIGNER, SASKIA DIEZ

camper-love-20-years-2

camper-love-20-years-3
BELGIAN TROOPS JEAN PAUL LESPAGNARD, LÉA PECKRE AND FRIEND

camper-love-20-years-4
LORENZO FLUXÀ FOUNDER OF CAMPER AND LORENZO FLUXÀ JR.

camper-love-20-years-5

camper-love-20-years-6

camper-love-20-years-7
DESIGNER YIQIN YIN

camper-love-20-years-8
LORENZO FLUXÀ, DIDIER GRUMBACH AND BERNHARD WILLEHLM

camper-love-20-years-9
THIS WOMAN WORK WITH AND WEAR THIS TERRIFIC BERNHARD WILLHELM DESIGN

CHINA IN PARIS

BELOW ZHU WEN, WINNER OF CHINA CREATIVE DESIGN CONTEST « MOST POPULAR DESIGNER AWARD » AND CHEN WEIXIONG, CEO AND ART DIRECTOR OF BOBAOLON.

CHINA IN PARIS IS A FASHION EVENT THAT MIX TOGETHER PEOPLE OF FASHION, ART, MEDIA AND FINANCE. ORGANIZED BY THE CHINA NATIONAL GARMENT ASSOCIATION AND SUPPORTED BY THE FÉDÉRATION FRANÇAISE DE LA COUTURE, THE EVENT TOOK PLACE IN THE SALONS OF FRANCE-AMÉRIQUE.

ZHU WEN IS THE DESIGNER OF THE BRAND LILIAN WEN AND FUTURE CHIEF DESIGNER OF BOBAOLON. BOBAOLON CREATED IN 2006 IS A MAJOR CHINESE CLOTHING COMPANY, LOCATED BOTH IN PUNING AND GUANGZHOU. THE NEXT MOVE OF THE COMPANY IS TO INTERNATIONALIZING THE BRAND.


LILIAN WEN OUTFITS


MR DIDIER GRUMBACH


MS CHRISTINE ZAHO, REPRESENTATIVE OF FÉDÉRATION FRANÇAISE, BOARD DIRECTOR OF FASHION INLIFE


ANNE DE CHAMPIGNEUL (BACK) AND FATIMA LOPES

PLEASE READ ALSO

ART OF FASHION FOUNDATION | SHOOTING STARS


MODEL: STEFANIE AYOUB

THE ARTS OF FASHION FOUNDATION CREATED TEN YEARS AGO BY NATHALIE DOUCET TO SUPPORT THE YOUNG DESIGNERS WILL HOLD THIS WEEK-END A SYMPOSIUM IN SAN FRANCISCO THAT INCLUDES EXHIBITIONS OF NEW DESIGNERS, STUDENTS, LECTURES, SCREENINGS, NETWORKING EVENTS AND AN AWARDS CEREMONY.

I SHOT SOME PICTURES IN JULY DURING THE SUMMER COURSE AND THE EXHIBITION THAT TAKE PLACE IN PARIS AT MUSÉE DES ARTS DÉCORATIFS. MY PHOTOS WILL BE EXPOSED ON 2.50 M HIGH BANNERS DURING THE SYMPOSIUM THIS WEEK-END.

THE SHOOTING

THE PLEATS WERE MADE BY MAISON GERARD LOGNON, PARIS

THE EXHIBITION

DURING THE EXHIBITION, DIDIER GRUMBACH, PRÉSIDENT OF LA CHAMBRE SYNDICALE DE LA COUTURE, RALPH TOLEDANO, CONSULTANT, AURORE THIBAUT AND OTHER DESIGNERS CAME TO GIVE THEIR SUPPORT.


DIDIER GRUMBACH


JEWEL DESIGNER JUDITH BENITA, WEARING HER DESIGNS.


RALPH TOLEDANO


FENGCHEN WANG, DESIGNER

 

ANDAM | The best is yet to come

Il y a quelques jours le jury de l’ANDAM décernait, dans les salons du Ministère de la Culture, son prix à Anthony Vaccarello et celui des premières collections à Yiqing Yin, deux talents très prometteurs et tous deux ex-participants (lauréat pour Anthony) du festival de la mode d’Hyères.


Anthony Vaccarello, lauréat 2011


Yiqing Yin et son modèle

La relève est belle, la relève est bien là. Autour de ces lauréats c’est toute une nouvelle génération, plus ou moins confirmée et chacune avec son style bien particulier qui se profile à l’horizon. Il s’agit de Julien Fournié, Alexandre Vauthier, Anne-Valérie-Hash ou Maxime Simoens pour ne parler que des français défilant à Paris.

Qui se souvient d’Antonio Berardi, d’Owen Gaster ou Julian Mc Donald? Le génial Alexander McQueen à mis fin à ses jours il y a un peu plus d’un an et « l’affaire Galliano » à définitivement scellé la route de cette génération des talentueux designers apparue au milieu des années 90. Ces trois derniers créateurs dansèrent une valse un brin chaotique, c’est ainsi que l’on pouvait le percevoir à l’époque, autour des maisons Givenchy et Dior, changeant de place, l’un remplaçant l’autre et vice et versa.

Ces talentueux designers « mercenaires-malgré-eux », sont remplacés après les années fin de siècle, le bling-bling et la crise, par une génération plus discrète, low-profile. Un ensemble qui semble décidé à œuvrer pour leur propre compte, défendant leur nom et leur maison de couture naissante, n’ayant pas le désir immédiat de travailler pour une autre marque.

Ils croient en leur bonne étoile et font fi du discours ambiant prétendant qu’il est impossible de se frayer un chemin au milieu des marques mastodontes, ils vont ainsi dans le sens de ce que M. Ralph Toledano professait en concluant son intervention.

« Il y a toujours de la place, quelque soit la force des autres marques présentes sur le marché, mais pour cela il faut réunir trois conditions: du talent, du travail et conserver l’humilité. »


Jeune garde belge, Alexandra Verschueren


M. Pierre Bergé


La mode est une industrie… de la création

chambre-syndicale-couture-paris-10

Dans les couloirs de l’Ecole de la Chambre Syndicale de la couture parisienne

Fait rare, politiques et créateurs de mode ensembles avant hier soir au cocktail d’inauguration des nouveaux locaux de l’Ecole de la Chambre Syndicale de Paris, dirigée par François Broca.

Comme l’a justement rappelé alors, le ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, Eric Besson, la mode est une industrie.

Il a cent fois raison et n’avait nul besoin de se comparer, alors, à un ancien et so populaire ministre de la Culture(1) pour justifier ses dires… La mode est bel et bien une industrie… de la création.

Tout créatif que l’on soit, il faudra à un moment ou à un autre savoir développer un autre talent, celui de savoir « composer » avec les impératifs industriels(2). Les « mésaventures » de Christian Lacroix ou les derniers événements au sein des maisons Dior ou Balmain montrent combien ces impératifs sont importants. Souvent le créateur tout génial soit-il n’est qu’un fétu de paille qui peut-être broyé sans égards, quand il ne s’en charge pas lui-même…

Mode et industrie

On oppose souvent le créateur à l’industriel ou au financier, comme deux mondes qui ne serait pas compatibles. Un créatif obsédé par des objectifs industriels est suspect, un industriel trop créatif n’est pas sérieux…

Il faut donc trouver le binôme gagnant, la configuration idéale, comme Christian Dior et Marcel Boussac le furent en leur temps…

Mode, industrie et politique

On est loin d’imaginer que l’affaire Hermès-LVMH déjà  si complexe, l’est encore plus (quand politique, finances et maisons de luxe font bon ménage). La maison Hermès, dont la gestion est toujours familiale, est une des rares maisons à avoir traversé la crise sans « trop » de remous. La crise n’affectant ni la création, l’audace ou les résultats financiers. Le sellier de luxe, cible convoitée, détiendrait-il la bonne formule?

Que penser de la dernière déclaration de M. Arnault au New York Times: « Arrêter la vente de produits Hermès dans les duty-free des aéroports, supprimer les soldes et recruter des employés plus jeunes »? L’homme d’affaire donne des conseils stratégiques, qui semblent forts justes, mais on pourrait aussi se demander pourquoi changer une formule qui marche?

Avant hier soir, donc, on pouvait croiser outre les nouveaux élèves, plusieurs générations de créateurs ayant fait leurs armes à l’ECSP (ou ailleurs) Martine Sitbon, Julien Fournié, Anne Valérie Hash, Maxime Simoens, Yiqing Yin, Adeline André…

On souhaite à tous ces créateurs d’être soutenus, d’une manière ou d’une autre, que se soit dans leur reprise d’activité, la continuation ou le démarrage de celle-ci.


Anne-Valérie Hash x Maxime Simoens


Yiqing Yin x Tomek Kolarski


Jean-Claude Jitrois x Sarah Marshall


M. Toledano et Martine Sitbon


Spéciale dédicace à M. Didier Grumbach, président de la Fédération française de la couture


Spéciale dédicace à M. Sidney Toledano, membre du comité de direction de la Chambre syndicale de la haute couture

A lire le parcours de Didier Grumbach, industriel et fils de confectionneur qui crée en 1971 Créateurs & Industriels, une plateforme de rencontres entre créateurs et industriels

Mise-à-jour: Lire cet article issu des Echos sur un désengagement possible d’Hermès de la maison Jean-Paul Gaultier.

 


(1) remember Charles Maurice de Talleyrand « Quand je m’examine, je m’inquiète. Quand je me compare, je me rassure ».

(2) remember le Diable s’habille en Prada (relire la note (1) au pied de ce billet)