Le luxe dans la presse

 

Il y a quinze jours, le magazine Stratégies nous gratifiait d’un supplément « Chic », le magazine, à travers différents articles étudiait sous divers aspects, la communication des marques de luxe. Les principaux domaines du luxe y sont abordés (hôtellerie, automobiles, parfums et mode bien sûr).


Il y a quelques sujets assez sensass, où l’on étudie par exemple l’adaptation de ces marques à l’univers de l’internet, ou encore un « Catalog story » de l’enseigne américaine Neiman Marcus (on y apprend que les cadeaux les plus fous sont proposés tous les ans dans ce catalogue et ce depuis 1959).

Ce mois-ci c’est CBNews qui s’y colle en nous proposant lui aussi un spécial luxe (avec une sublime couverture par Serge Lutens), mais il pousse l’analyse plus en avant, les sujets sont plus longs, plus variés, plus développés. Dès l’éditorial, la notion de luxe est associée à celle, tout aussi banalisée, de culte. On a droit à une introduction de Serge Lutens, très enflammée et poétique.
CB News pose la question suivante : Un objet de luxe est-il un objet culte et inversement ? Question essentielle à l’heure où beaucoup de marques s’emparent des codes du luxe. On parle donc beaucoup de légitimité mais aussi du mystère et de l’histoire qui fait que certaines marques sont cultes et d’autres pas.


Les articles de ce numéro traitent entre autres, du statut des maîtres d’art, des quelque 8,7 millions de millionnaires dans le monde, de la maison Pétrossian, beaucoup des designers, mais aussi des signes qui font les marques ou encore de la chaîne Luxe TV. J’y ai fait la « connaissance » d’Olivier Van Doorne, président de l’agence Select NY (responsable du succès du parfum de JLo et responsable de la communication de Swarovski), un hollandais rock’n roll a souhait, un look a la Mad Max… On y trouve un article sur la précieuse et talentueuse Victoire de Castellane, celle qui dit haïr l’uniformisation résume en quelques mots ce qu’est un objet de luxe, je cite : « si une chose devient tendance, elle perd de son culte »… et « pour que les fidèles lui vouent une adoration, elle doit être rare, donc précieuse »
Un numéro très très complet, un numéro « culte » de 129 pages à posséder d’urgence.