Léa Peckre | Sold out !


Talented Léa Peckre, Mona Lisa of fashion

lea-peckre-vente-1

lea-peckre-vente-2

lea-peckre-vente-3

Léa Peckre, winner of Festival d’Hyères 2011, sold her previous collections during an exhibition. Friends, collectors and institutions buy most of the pieces and made it a success.

The next step is september, Léa Peckre will introduce her line Léa Peckre with a « surprise » she said.

Young blood #1 | Lucas Sponchiado

Young blood va au devant de la jeune création.

C’est l’histoire d’une jeune anglaise qui se retrouve en Inde à l’époque coloniale. C’est la rencontre de deux mondes, celui de cette « petite anglaise » au « teint de porcelaine », baignée dans la tradition et de ce pays aux énormes temples hindous, architecture massive, mais très travaillée, voire précieuse.

Découvert l’an dernier lors de sa présentation de fin de cycle d’études à La Cambre, la collection de Lucas Sponchiado, grand jeune homme à l’allure rock’n’roll, mèche en bataille, portant tee-shirt noir et lunettes noires avait déjà  provoqué un certain enthousiasme.

Pour le Festival d’Hyères la collection à été reconduite, le travail à été approfondi, « précisé », afin, dit-il « de pousser la collection plus haut ».

Les silhouettes sont très graphiques et très visuelles ce qui correspond bien à la personnalité du designer, à son style et à sa manière de dessiner.

Outre cette « rencontre », les œuvres de Rachel Whiteread l’ont aussi beaucoup influencé, le travail très « pur » de cette artiste à donné cette touche « lingerie » très particulière à sa collection. Une approche qui n’était pas prévue au départ, une démarche qu’il ne tient pas non plus à approfondir dans le futur.

lucas-sponchiado-fimh-2012-2

Ci-dessous le travail de découpe réalisé à la main.

lucas-sponchiado-fimh-2012-14

lucas-sponchiado-fimh-2012-4

lucas-sponchiado-fimh-2012-6

lucas-sponchiado-fimh-2012-10

Ses sources d’influences majeures sont Alexander McQueen et Olivier Theyskens, quant aux autres sources il n’en a pas retenu les noms…
Lucas dit à ce sujet: « Comme tous les gens de ma génération, je consulte en permanence les blogs, les sites d’images bookmarking, des centaines d’images au quotidien, je crée ma propre bibliothèque d’images. Seule l’image m’intéresse, les noms je n’y prête pas forcément attention… ».

La télévision puis le web ont placés l’image au centre de notre communication, de nombreux psychologues et sociologues expliquent que l’image, sauf si elle est sublimée (dans l’art par exemple) est d’emblée plus aisée à capter.

Voilà qui explique, peut-être, en partie le succès des plateformes comme Pinterest, Instagram ou Tumblr valorisées à plusieurs centaines de millions de dollars.

lucas-sponchiado-fimh-2012-5
Sur le stand dans les jardins de la villa Noailles

Ci-dessous, défilé et backstage

lucas-sponchiado-fimh-2012-11

lucas-sponchiado-fimh-2012-15

lucas-sponchiado-fimh-2012-13

lucas-sponchiado-fimh-2012-12

Des vestes tailleurs se portent sur des body lingerie, les lignes tracées sur le corps par les découpes ont l’apparence de circuits imprimés. On perçoit les multiples influences, mises bout à bout elles créent une silhouette singulière, transversale, hybride et contemporaine.

Ces multiples références que nous n’avons pas toujours le temps d’analyser et de confronter, on les download, on les assemble (selon nos affinités) et on les upload. C’est cette oscillation créative, ce télescopage d’influences qui avaient attiré mon regard l’an dernier.

Avec toutes ces sollicitations, le plus difficile pour ces jeunes créateurs, sera d’écrire une histoire, de laisser une trace, afin de ne pas être eux aussi downloadés puis oubliés.

Le public du Palais de Tokyo ne s’y est pas trompé en attribuant à ce très beau travail le Prix Palais de Tokyo. On attend avec impatience la suite !

Alice Knackfuss | Dako

Diplômée de l’Académie de Mode et de Design de Munich, Alice Knackfuss à travaillé chez Kris Van Assche et Ute Ploier.

Finaliste du Festival International de Mode et de Photographie de Hyères en 2009 elle travaille désormais à Bruxelles où elle à crée la collection Dearest avec le styliste Simon Pierre Toussaint (Prix Crystalized, Hyères 2009). Au début de l’année dernière elle à lancé sa propre ligne femme : a.Knackfuss.

Mon amie, la photographe belge Laetitia Bica, à réalisé en collaboration avec Alice Knackfuss la vidéo de la collection pour cet hiver baptisée Dako.

La collection rend hommage à l’action de Sadako Sasaki, jeune fille de 7 ans qui en 1955 façonne de ses mains plus de 1000 grues en papier, évoquant ainsi une ancienne coutume japonaise à combattre son propre sort.

La collection explore l’idée de délicatesse au sein d’un corps endurci: une défense émotionnelle capable de déclencher des postures fortes et universelles.

Curation of the week

 

fimh-1993

Exhumés de mon ancien bureau, le programme de l’année 1993 du Festival International de Mode & Photographie d’Hyères (appelé alors Salon Européen des Jeunes Stylistes). Cette seule année concourraient six futures stars de la profession: Cyd Jouny, Tony Delcampe, Karine Arabian, Marc Le Bihan, Xavier Delcourt, Viktor Snoeren et Rolf Horsting (aka Viktor & Rolf, lauréats de cette édition).

fimh-1993-3
Page 27, Viktor Snoeren et Rolf Horsting

 

Also check the members of the jury !

fimh-1993-2

Léa Peckre, chiaroscuro

Chiaroscuro, clair-obscur dans la langue de Dante, le traitement photographique permet ici d’apprécier les détails et le travail textile de la lauréate de l’édition 2011 du Festival de la mode d’Hyères. Elle a suscité un tel enthousiasme, qu’elle était donnée gagnante par la majorité des festivaliers dès le premier jour.

Son inspiration, Léa la puise dans l’atmosphère qui règne dans les cimetières: lumière, végétation, architecture. Plus que ses modèles, très structurés, ce que j’ai surtout apprécié dans le travail de la jeune diplômée de La Cambre c’est son travail de la matière.

Les sequins, réalisés entièrement par ses soins, sont imprimés en s’inspirant de sept espèces d’arbres différents puis brodés sur des matières assez épaisses comme pour évoquer les structures massives vues dans les cimetières.

En contraste (ci-dessous), on trouve aussi son précieux travail sur des matières fluides et ajourées.

Complexe: plis et replis s’emmêlent, reflection lumineuse, broderies, sequins et profusions d’empiècements (cf. la veste ci-dessous) créent des effets matières étonnants.

What is Hyères 2011 ?

hyères-2011-mareunrols-1
Marite Mastina et Rolands Peterkops (Mareunrol’s, 1.2.3 and jury prize Hyères 2009) where in Hyères to show their mystical and surrealist new project: « Tenants »

I ask the young designers Jasper Sinchai Chadprajong (Hyères 2010), Mads Dinesen (Pain is felt by all…, Denmark), Emilie Meldem (Odlhou, Switzerland), Oriane Leclercq (Fake is just as good, Belgium), Michael Kampe (Exploded view, Germany), Léa Peckre (Cemeteries are fields of flowers, France, jury prize 2011), Oda Pausma (29.10.2010, Nederlands), Sandra Backlund (jury member and jury prize Hyères 2007) and Jean-Paul Lespagnard (« tourist », public and 1.2.3 prizes Hyères 2008) what they think about the Festival in few words. You will also meet Sonny Groo and other people.

See how each of them react differently: romantic Oda, straight forward Léa, thoughtful Michael, very cool and charming Sandra and forever smiling Jean-Paul…

Creative, fun, exciting and meetings (new friends and opportunities) it was Hyères 2011!

Video below.