Installation | Ecole de la Chambre Syndicale de la Couture parisienne

chambre-syndicale-helena-denize-4

Ci-dessus: Helena Denize –

Le jeudi 20 juin, c’est au cœur d’un immeuble à l’architecture du siècle dernier que les étudiants de la Chambre Syndicale de la Haute Couture parisienne présentaient leur collection autour d’un cocktail.

Nous entrons dans le hall, le plafond habillé par un nuage de crayons de couleurs, les modèles des étudiants exposés sur les stockmans, le lien à la créativité est alors évident, le ton est tout de suite donné.

Bien que le niveau général des étudiants soit très élevé, certains m’ont davantage intéressé.

Xavier Da Luz

23 ans, étudiant en 4e année, propose un travail tout en contradiction, en opposant les matières, les volumes, les coupes féminines aux coupes masculines.

Il met en scène des textiles innovants (il crée lui-même ses textiles) et nous parle de tissu à thermorégulation. Ses inspirations? Ces grands manteaux tibétains qui couvrent entièrement le corps et dans lesquels on a envie de s’installer pour s’y blottir. Il compose également sa collection de pièces près du corps. Pièces d’inspirations architecturales, qu’il crée en assemblant cuir et fourrure à la manière de Paco Rabanne et sa mythique robe en plaques d’aluminium.

Morgan Dannet

chambre-syndicale-morgan-dannet-1

23 ans, m’a également beaucoup plu. Il réalise une collection en lien avec l’architecture, un travail complexe d’assemblages et de découpes de différents cuirs. Les textiles proposés rappellent le travail des architectes constructivistes. Ses silhouettes à l’allure géométrique et un brin futuriste, suggèrent un paysage urbain. On pourra alors définir de « très graphique » le style du jeune designer.

chambre-syndicale-morgan-dannet-2

Helena Denize

chambre-syndicale-helena-denize-3

Helena Denize s’accapare tout ce qui est proche de la nature, sauvage et native american (allez voir son Pinterest pour mieux appréhender son univers). Elle utilise essentiellement la peau qu’elle marie avec des stripes tricolores formant des V ou des chevrons de couleur flashy apportant ainsi la touche de modernité nécessaire à sa silhouette. À retenir également son travail sur les proportions et le confort, des manches trop longues sur robes courtes, un manteau à très large col, jupes à pans asymétriques, le tout conférant un style très dynamique et chic.

 

Haute-Couture automne-hiver 2006-2007

Les collections automne-hiver 2006/07 de Haute-couture(1) vont défiler à Paris prochainement, l’occasion de lister les différentes maisons participants à cet évènement.
Tout d’abord la première info de taille, Madame Carven est toujours vivante ! A bientôt 97 ans, elle assistera au défilé de sa maison de couture qui réintègre le calendrier Haute-Couture et dont le directeur artistique est aujourd’hui Pascal Millet.

Les huit membres de la Chambre syndicale de la haute couture
Adeline André, Chanel, Christian Dior, Christian Lacroix, Dominique Sirop, Franck Sorbier, Givenchy, Jean-Paul Gaultier

Les invités permanents
Carven, Anne Valérie Hash, Felipe Oliveira Baptista, Elie Saab, Giorgio Armani, Valentino et le duo de couturiers d’On aura tout vu, Eymeric François et Maison Martin Margiela
sont des maisons qui ne remplissent pas forcément les critères haute-couture, mais qui techniquement présentent des modèles Haute-Couture. Après plusieurs saisons, ils peuvent prétendre au statut d’invités permanents.

Les défilés sont aussi l’occasion pour de jeunes créateurs français ou étrangers de présenter leur collection en marge du calendrier officiel. Cette saison on trouvera
Georges Hobeika, Robert Abi Nader, Gérald Watelet, Georges Chakra, Eric Tibusch (ancien de chez Jean-Paul Gaultier), Gavin Rajah (sud-africain) et Ritu Beri, indienne (ancienne de chez Jean-Louis Scherrer).

(1) L’appellation Haute-Couture est appellation contrôlée, les maisons devant remplir des condition strictes pour intégrer ce calendrier (nombre d’employés, participation à un quota de grands défilés, utilisation d’une certaine surface de tissu, etc.)