La Loie Fuller

Inspiration- Des dizaines de mètres de tissu pour apparaître tantôt en fleur, tantôt en papillon, tantôt en méduse abyssale. La comédienne et danseuse Loie Fuller subjuguera les foules pendant des années avec sa chorégraphie bien singulière. J’ai mis la main sur cette Danse serpentine, une vidéo, source d’inspirations à partager absolument.

Inspiration- Sometimes a flower, sometimes a butterfly, sometimes a jellyfish from the abyss. Using tens meters of fabric the actress and dancer Loie Fuller subjugate the masses for years with his unique choreography. Browsing the web tonight, I found this « Serpentine dance », an hypnotic video, source of inspiration to share immediatly.

Source

In memoriam : Pina Bausch (1940-2009)

GERMANY-CHOREOGRAPHY-DANCE-BAUSCH

C’était notre rendez-vous annuel au Théâtre de la Ville de Paris.
C’était la grande dame qui m’a fait découvrir la danse contemporaine.
C’était Água, inoubliable spectacle joué en 2001.
C’était une perception/représentation du corps sur scène.
C’était voir et revoir Café Muller.
C’était, ces dernières années, des récits de voyages tous plus poétiques les uns que les autres.
C’était cette artiste transversale qui à su réunir théâtre et danse au sein du Tanztheater de Wuppertal et influencer tant d’artistes.
Elle était presque comme une amie…

photo (c) Getty

Yohji arrive bientôt

La vidéo est de plus en plus utilisée pour présenter les nouvelles collections, après Yves Saint Laurent pour l’Automne-Hiver 2008, voici Yohji Yamamoto, que je viens de découvrir, pour sa nouvelle ligne Coming soon, réalisant ainsi, un beau crossover mode-danse-vidéo.

Présenté par deux danseurs, cette ligne casual sera disponible en juillet dans des boutiques sélectionnées; déjà  styliste pour sa marque éponyme, puis d’Y-3, d’Y’S, travaillant en collaboration avec Mandarina Duck et s’occupant d’une collection de bijoux édité en collaboration avec Mikimoto, le créateur japonais est donc infatiguable !

D’après Keizo Tamoto (président de Yohji Yamamoto), cette ligne, abordable, s’adresse à « ceux qui veulent passer du streetwear à une tenue plus élégante ». Mais aussi à ceux qui « veulent s’habiller sans se soucier du nom du créateur », en effet son nom est absent des vêtements, seul un point noir subsiste (qui sera évidemment immédiatement identifié par les fashionistas…)

logo de Coming Soon

Coming Soon est fabriqué et distribué par Sinv, déjà  partenaire de See by Chloé, Moschino Jeans et Valentino Red. C’est aussi une façon pour le créateur de se frotter au marché des gros volumes(1) en s’écartant de l’expérimental, tout en conservant (on le souhaite) une bonne dose de créativité.

Nous l’avons vu dans les billets précédents les marques de luxe sont enclins autant à monter en gamme qu’à s’adresser à une clientèle plus jeune et moins fortunée.


Videocaps du film

Le site de Coming Soon


(1) 170 pièces pour hommes et 200 pour femme, accessoires non compris !

Steven Meisel et Léon Bakst en rehab’

Encore et toujours dans l’inégalable Vogue Italie de décembre, une superbe série photo de Steven Meisel. Un époustouflant jeu de camouflage entre le corps des mannequins, les tenues et les décors, le tout inspiré par les imprimés de l’été 2008. Overdose inhabituelle de couleurs et de motifs à consommer sans modération.

Quelques notes sur cette série photo et les liens que j’ai établi entre elle et d’autres artistes.
Les tatouages, le maquillage et même les coiffures (choucroute effondrées) des mannequins m’ont immédiatement rappelé Amy Winehouse…


Steven Meisel a déjà  réalisé des séries mode plus décadentes que celle-ci sur le theme de la Rehab’, cela ne semble donc pas étonnant qu’il creuse le thème et fasse référence à cette chanteuse.

Ces photos m’ont également rappellé les dessins de Léon Bakst, costumier et décorateur attitré des Ballets Russes (de 1909 à 1921)

Steven Meisel, Vogue Italie, décembre 2007

Léon Bakst, L’oiseau de feu d’Igor Stravinski (1910)

Steven Meisel, Vogue Italie, décembre 2007

Léon Bakst, L’oiseau de feu d’Igor Stravinski (1910)


Poses similaires, profusion baroque des imprimés et des couleurs, sensualité évidente. A creuser et à développer.

Les photos du Vogue Italie sont tirées de l’album Flickr’ de Fashion addict

Les enfants terribles

Jean-Paul Gaultier et Régine Chopinot, sont (toujours) les enfants terribles de la mode et de la danse. Hier soir avait lieu le vernissage de l’expo qui retrace les onze ans de collaboration (1983-1994) entre ces deux artistes.

gaultier-chopinot
Jean-Paul Gaultier et Régine Chopinot

Le style foutraque de Jean-Paul Gaultier s’adapte à toutes réalisations de la chorégraphe, des robes crinoline folles, des robes coussins, aux tenues de boxe de K.O.K. Une sélection de modèles « couture » au terme de l’expo, nous permet de déceler les interactions existantes entre les techniques utilisées pour les costumes de scène et celle utilisées dans la mode. Les seins obus de « The » tournée Blonde ambition tour de Madonna en 1990, sont présents lors du spectacle « Le défilé » datant lui de 1983… Ou encore la grosse laine torsadée sur les crinolines que l’on retrouve des années plus tard sur une robe de mariée mémorable…

Au regard de l’expo, on mesure égalemment l’énorme chemin parcouru par le couturier, dont le style reste toujours impertinent et décalé (il faut le faire !) mais à énormément gagné en subtilité.

Une expo à ne pas manquer donc !

Voir aussi ce billet

jean-paul-gaultier_chopinot_1.jpg
mini catalogue de l’expo

jean-paul-gaultier_chopinot_2.jpg

jean-paul-gaultier_chopinot_3.jpg

jean-paul-gaultier_chopinot_4.jpg

jean-paul-gaultier_chopinot_5.jpg

Jean Paul Gaultier – Régine Chopinot : Le Défilé
du 22 mars au 23 septembre 2007 au Musée des Arts Décoratifs
107, rue de Rivoli – Paris Ier