Please to meet you Courtney

During the fashion week SS 2011 it was a pleasure to assist at miss Courtney Love’s showcase hosted by Le Printemps Paris, a party set by V magazine.

Enjoy the grungy-cover of Madonna’s « Like a prayer » and look at the Riccardo Tisci for Givenchy’s lace-only-nothing-to-hide outfit of the rock-goddess.

And yes, the shitty video is here !

Ylva, diva chic et choc

L’autre soir en rentrant au Baron…

Ylva Falk est danseuse de hip-hop et de voguing (voir aussi ici), elle est également chorégraphe, elle a notamment travaillé sur le dernier défilé de Quentin Véron. Habillée ce soir-là par Jean-Paul Gaultier des pieds à la tête elle était l’image du nouveau parfum maison: Gaultier Madame.

Elle porte un mini-perfecto fluide, strassé et clouté (très glam-punk). Son visage, au maquillage coloré, orné d’un grand sourire vous captive et puis… il y a cette houppe, cette coiffure, que dis-je cette coiffure? Cette excroissance capillaire qui rendrait jaloux le plus célèbre des petits reporters belge!

Ylva vous conseille d’associer votre vernis à ongles à … vos sourcils.

Dans ce décor fait de miroirs et de graffitis rose bonbon, elle n’était pas sans me rappeler quelques couvertures d’I-D magazine des années 90, voir une toute récente avec Agyness Deyn.

I-D, avril 1984

I-D, mai 2009

 

La môme Momsen

Taylor Momsen dont on attend la suite des aventures de son personnage de Jenny Humphrey dans la saison 3 de Gossip Girl, à vu son style décrypté par deux magazines de référence la semaine dernière.

Chez Elle (ci-dessous) c’est une tenue gipsy-chic, sans faille de chez Gypsy 05, qui est passée au crible à travers le style emphatique propre à la rédaction de l’hebdo féminin. Ce qui donne en quelques mots: « le look de Taylor Momsen on adore, il est so fashion, elle a tout compris et on craque toutes pour…« . Bref la journaliste à aimé, avec une mention spéciale aux cheveux longs de l’actrice « plus Courtney Love que Marilyn Monroe… ».

taylor momsen-elle

Autre publication, autre style, Les Inrockuptibles taillent un costard, en mode « langue de pute », pour la jeune star. Pour la coiffure manque de chance, elle s’est récemment fait couper les cheveux « à la Joan Jett » (une ex-rock star des années 80) pour un résultat… « en carton » (dixit Diane Lisarelli, la journaliste).

Pour ses 16 ans, la jeune fille à donné un mini-concert avec les Pretty Reckless son groupe de rock, dans une tenue très grungy, qui n’est pas sans rappeler la Courtney Love des mid-90. Sauf que cela ne plaît ni à la journaliste qui trouve que tout cela est « trop propret », « sans folie » et « craignos », ni à Courtney Love herself qui se fend d’un twitter assassin à l’encontre de Taylor Momsen: « @taylorxmomson, ferme ta putain de gueule de jeune salope privilégiée et ne mentionne plus mon nom (…), s’il te plaît arrête d’aimer ma musique… » (toute l’histoire ici). Bref pour le news culturel, la jolie môme est loin d’avoir atteint le Nirvana du fashion-rock et nous on se marre.

taylor maomsem-inrocks

« Here are the young men » | Transversalité musicale

Hedi Slimane est cruellement absent de la scène mode mais pas de la sphère créative, pour preuve son e-portfolio.

Des photos en noir et blanc où l’on reconnaît le chanteur des Babyshambles, les 5 garçons dans le vent du groupe The Horrors, Madame Cobain ou encore Amy Winehouse et les Daft Punk.

Un ensemble de photos non triées(?), mais parfaitement sous control, des images autour du thème fétiche du créateur : la musique punk-rock, ses fans et les backstages. On pense évidemment à Anton Corbjin, photographe de la scène punk des années 75 ainsi que de nombreux autres artistes de la musique ou du cinéma (David Bowie, Depeche Mode(1), etc.).

Plane également l’esprit de Larry Clark et bien sûr de Gus Van Sant, autrs artistes étudians les comportements des adolescents.

Ces jeunes hommes anonymes tantôt en tee-shirt, tantôt boutonnés jusqu’au col ont largement inspiré Hedi Slimane depuis près de dix ans et ont collaboré à la création d’une nouvelle silhouette masculine, faisant de la maison Dior que cela plaise ou non, une référence en matière de mode masculine, bel hommage.

La mode est toujours présente donc, car comme le dit Hedi Slimane : « une idée peut être approchée à travers plusieurs médiums« , la définition même de la transversalité.

Le détail qui tue, le badge PIL !

Miss Courtney Love Cobain

Pour compléter ce billet :
A consulter d’urgence :
– son e-portfolio

A lire :
– les publications d’Hedi Slimane sur Amazon

A voir :
– les films de Larry Clark (Kids ; Ken Park ; Wassup Rockers ; Destricted
– les films de Gus Van Sant (Drugstore Cowboy ; Paranoid Park ; Elephant ; My own private Idaho)
– l’exposition réunissant une série de documents vidéos, photos et sonores autour du festival musical de Bénicassim 2007.
Hedi Slimane///Perfect Stranger,
Galerie Almine Rech – 19, rue de Saintonge – 75003 Paris (du 28 novembre au 05 janvier 2008)

(1) Le saviez-vous ? Depeche Mode, le groupe, doit son nom au défunt magazine de mode du même nom…
(*)Et pour ceux et celles qui sont intéressés, le titre du billet provient de ce titre du groupe Joy Division.

Hedi s’expose

 

Dans le même ordre d’idées, qui est un des thèmes de ce blog, vous trouverez ci-dessous un article que j’ai lu sur Cyberpresse où Hedi Slimane prouve encore une fois son talent à explorer différents univers et supports créatifs.

Le styliste Hedi Slimane s’expose à Zurich

hedi-slimane-1

Le styliste Hedi Slimane, directeur artistique des collections homme Christian Dior et artiste plasticien à ses heures, expose ses oeuvres à Zurich jusqu’à  fin novembre à la galerie Gmurzynska.
«Nous présentons une douzaine d’oeuvres», a déclaré le directeur de la galerie Roman Plutschow, en montrant de grands tableaux noirs, dont certains ont déjà  trouvé preneur.
Passionné de rock, Hedi Slimane construit ses pièces à partir de photos de Pete Doherty ou de Courtney Love.
L’exposition s’intitule «portrait of a performer» et fait suite à celle organisée en janvier dernier par la galerie Almine Rech à Paris.

Pour Hedi Slimane, il s’agit de la 4e exposition en solo dans une galerie d’art.

Lire aussi, cet article du journal Le Temps

Les photos ici

© Photo Hedi Slimane